Buts et moyens

FORÊT CITOYENNE

Association soumise à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 aout 1901

L’association vise à sensibiliser, réévaluer, réhabiliter, les forêts, les arbres urbains et ruraux, le bocage, et tous autres ensembles arborés… en tant que paysages et présences vivantes qui, outre toutes valeurs écologiques, détiennent également des influences avérées sur la santé physique, psychique et mentale des êtres humains. De même, au travers de « la fonction sociale » de la forêt et des arbres, il s’agit de revisiter toutes les dimensions des rapports humain/nature propices à l’éveil sensible, au déconditionnement psychologique de sorte d’approfondir l’harmonie entre les ensembles humains et les milieux naturels.

Cette association entend ainsi pourvoir au déficit de représentativité publique et professionnelle dans les décisions de gestions territoriales, à toutes les échelles, concernant les influences des arbres et de la forêt sur les vies humaines, par-delà les seules fonctions récréative, décorative, et compensatrice, des espaces verts et de la verdure. En ce sens, elle vise à ce que l’on ne bride pas les générations futures par des paysages dégradés ou appauvris, en particulier concernant la maturité des arbres et des forêts.

L’association entend favoriser une prise de conscience interdisciplinaire et une juridiction adéquate concernant la gestion des arbres et des forêts dans une cohésion vitalisante du rapport humain/nature et de l’éveil des sensibilités.

Elle souhaite aboutir à une représentativité institutionnelle et professionnelle, dont l’éthique ne sera assujettie à aucun intérêt, concernant les causes qu’elle défend.

LES OBJECTIFS DE L’ASSOCIATION

_ Synthétiser les connaissances en sylvothérapies, en écopsychologies, en phénoménologies, en feng shui environnemental, dans les approches artistiques et littéraires, dans les paysagismes, tout comme dans les perceptions contemplatives… pour reconstituer les argumentaires déficients quand on parle de « la fonction sociale de la forêt », ou de l’importance des arbres en lien avec la qualité de vie des citoyens.

_ Constituer un observatoire des gestions forestières et de la gestion des arbres dans les autres environnements, à la lumière des approches inhérentes aux rapports nature/humain.

_ Constituer un espace de brain-storming dans la prospective des idées créatives harmonisant les activités du BTP, de l’urbanisation, de tous les aménagements et ménagement territoriaux en accord avec la qualité des forêts et des arbres.

_ Sensibiliser l’opinion publique par des expositions, des conférences, des séminaires, colloques, des festivals, des créations audiovisuelles, des publications, un site internet, les réseaux sociaux, les médias… sur les sujets définis par les buts.

_ Faciliter la mise en réseau et l’interdisciplinarité des auteurs, des professionnels, des représentants civils autour des buts définis par l’association.

_ Donner une lisibilité publique sur les idées conduites par les uns, les unes, et les autres.

_ Constituer auprès des décideurs environnementaux (élus, gestionnaires forestiers, paysagistes, urbanistes, architectes, entrepreneurs…) un groupe de contre propositions créatives pour repenser la gestion des paysages arborés à la lumière des connaissances que l’association explore.

_ Proposer des programmes ou formations dans les enseignements professionnels et l’éducation scolaire concernant les valeur écologiques, paysagères, sensibles des arbres et des forêts.

_ Constituer un organisme de consultations publique et professionnel devenant partie prenante dans les décisions environnementales concernant les influences sensible et sanitaire des paysages arborés. Émettre des expertises. Étudier au besoin tous documents prévisionnels modifiants les territoires, avant décisions.

_ Inciter à la prise en compte des plus-values et moins values économiques et non-économiques des forêts selon leur états et des paysages urbains et ruraux selon la présence ou l’absence d’arbres.

_ Constituer un réseau de lanceurs d’alertes quand des décisions environnementales n’ont pas été inclusives de la valeur des arbres et des forêts en lien avec les point de vue sanitaires, psychologiques, sociaux et écologiques, éthiques.

_ Être acteurs ou co-auteurs de projets lanceurs d’exemplarité.