Des arbres ressuscités au cimetière ?

La municipalité de Boulogne-Billancourt projette d’abattre 435 platanes au cimetière Pierre Grenier.

Cet événement fait scandale par le fait d’avoir déclaré ces arbres malades du chancre coloré. Or cette affirmation a été démentie par l’expertise de Louis Vallin, également vice-président de notre association Forêt Citoyenne. Cette expertise est au demeurant validée par la DRIAAF.

Les platanes des places méridionales reconnus pour constituer des havres de fraîcheur seront particulièrement appréciés pour rendre plus supportable le réchauffement climatique en Île-de-France. Alors que maints professionnels cherchent à privilégier la plantation des essences qui pourront le mieux supporter le changement climatique, c’est un total non-sens d’abattre celles déjà aptes et en place à un stade mature. C’est un grave non-sens d’abattre des arbres sains à l’écart de la propagation de la maladie sans que nous puissions prévoir les autres essences qui demain seront à leur tour malades.

 

L’ensemble arboré du cimetière Pierre Grenier constitue une station d’épuration de l’air et un climatiseur non énergivore faisant partie des aménités de la nature urbaine qu’aucune replantation ne saurait suppléer avant plusieurs décennies comme le mentionne  une pétition locale. En temps de canicule, les espaces urbains sans arbres matures condensent la chaleur par réverbération sur le bitume et les édifices de pierre. Aussi cela amènera à déprécier fortement une ville comme Boulogne-Billancourt déjà sur-urbanisée et appauvrie en espaces verts. Les franciliens ont besoin de vivre dans des lieux de vie, et la perte des stades matures dans la végétation transformera très rapidement les villes en viviers de mal-être, si on ne coupe pas court à ce genre de décision. Les crottes de pigeon semblent à l’origine de la volonté  de supprimer ces arbres. Aussi le grief induit par leur abattage serait pire que les dommages justifiant l’intention. Dès lors, est demandé à la municipalité de bien relativiser les conséquences et annuler son projet.

La volonté d’abattre des platanes apparaît relever d’une mentalité incroyablement anachronique par rapport à notre époque. L’association Environnement92 via sa présidente Irène Nenner expose les faits déplorant l’arbre traité comme du « mobilier végétal ». La dépréciation de présence de l’arbre amène à perdre toute conscience du rôle systémique du végétal dans un milieu urbain déjà trop densifié. Quand la perte de sensibilité  (si ce n’est de b-à-ba dans le sens contemplatif ! ) est installée, cela oblige à recourir à des analyses sur l’écologie des systèmes autant qu’un pouvoir décisionnel se retrouve infléchi par des pressions d’intérêts qui n’ont d’égal que l’ignorance ou le déni pour exister.

Présidente d'Environnement 92, Irène Nener expose les faits

Les mauvaises décisions ne reposent pas seulement sur un manque de connaissances, mais sur un manque d’idées dans les solutions, et par un manque de vitalité à les chercher. Cela pose la question d’un ostracisme particulièrement inquiétant dans les mentalités. Dans un urbanisme sur-densifié, les cimetières deviennent des espaces importants dans la compensation écosystémique. Il serait vivement souhaitable de retourner l’annonce d’une bourde par une réflexion plus mature et créative en solutions avec les associations et les professionnels choqués.

On entend dire « le département des Hauts-de-Seine comme étant le plus riche d’Europe », ou comme ayant « un budget équivalent à un pays comme la Grèce ». Cela ne pose pas de problème à trouver 5 millions pour abattre sans réfléchir des arbres quand les budgets à la culture et à la prospective dévoués à un avenir plus sensible et plus intelligent sont tragiquement asséchés. Or la culture et la prospective judicieusement soutenues sont gardiennes de la cohésion et de la maturation entre les lieux de vie et les habitants. Sous pression abusive de la bétonisation et de l’abattage inconsidéré d’arbres, nous forçons les franciliens à s’enraciner dans des lieux déracinés. D’où le danger croissant de voir la population francilienne exploser comme une supernova et vouloir migrer vers des lieux plus vivables et moins outrageusement spéculés, ce qui prendra à revers toute l’économie de l’immobilier et des aménagements et se traduira par de grands désordres financiers outre les vrais sujets « écologiques » dont on semble faire fi… Nous sommes dans des années cruciales où nous n’avons surtout pas le droit de nous tromper dans les décisions. Notre génération est exposée à des responsabilités politiques outrepassant les mentalités partisanes…

Président de Forêt Citoyenne

Bernard Boisson

Pour en savoir plus et exprimer votre désaccord vous avez accès à la pétition

En cliquant sur l’image ci-dessous vous avez accès à notre vidéo témoignant en particulier de l’appui de Georges Feterman, président de l’association A.R.B.R.E.S avec Louis Vallin vice-président de notre association :

Remerciements à toutes les associations actives à l’évènement dont Boulogne-Environnement, le GNSA, LPO

Manifestation à Clamart pour sa forêt- juin 2019

A l’époque où l’on préconise de développer des trames vertes dans le milieu urbain,  les clamartois apprennent le projet d’une “trame grise” plus large encore dans leur forêt !

Aussi, le samedi  29 juin 2019,  ont-ils manifesté leur opposition à un élargissement de voirie dans le bois de Clamart faisant lui-même partie de la forêt de Meudon. Cet élargissement vise à entamer la forêt plus qu’ils ne le disent, compte-tenu du recul des accotements et des coupes d’arbres induites là où la route est déjà enclavée.

Voir sur YouTube notre reportage vidéo

Ce mécontentement s’inscrit dans un malaise de plus en plus oppressant des franciliens à avoir le sentiment “d’être mis sous tutelle”  concernant le devenir de leur ville, des espaces verts et des forêts présentes sur leur territoire communal.

En effet certaines communes ne semblent plus gérées comme des villes mais comme des territoires de spéculation foncière livrés aux promoteurs au risque de permis de construire abusivement alloués… La volonté de  densification urbaine induit l’intention d’élargir les voiries sur les derniers espaces non habités, telle la forêt… Mais les habitants ne s’y retrouvent plus du tout et se sentent abusés.

On regrette très vivement l’absence de vision civilisatrice de ceux qui en décident et le trop d’intérêts du BTP prévalant sur les collectivités. On se prend d’envie de nos voisins d’Outre-Rhin ayant moins joué la carte de l’urbanisme concentrationnaire pour mieux optimiser la répartition villes/campagne, si ce n’est la répartition ville/forêt, tandis qu’ils ont de surcroit des réserves naturelles forestières de taille surclassant de loin celles en France pour une population plus nombreuse !

Clamart (Haut-de-Seine)

 

 

 

Déclaration de Forêt Citoyenne – juin 2019

Texte présenté dans le Cahier d’acteur SCOT Métropole Grand Paris :

L’association Forêt Citoyenne vise à sensibiliser, réévaluer, réhabiliter, les forêts, les arbres urbains et ruraux, le bocage, et tous autres ensembles arborés… en tant que paysages et présences vivantes qui, outre toutes valeurs écologiques, détiennent également des influences avérées sur la santé physique, psychique et mentale des êtres humains. De même, au travers de “la fonction sociale” de la forêt et des arbres, il s’agit de revisiter toutes les dimensions des rapports humain/nature propices à l’éveil sensible, au déconditionnement psychologique de sorte d’approfondir l’harmonie entre les ensembles humains et les milieux naturels.
Cette association entend ainsi pourvoir au déficit de représentativité publique et professionnelle dans les décisions de gestions territoriales, à toutes les échelles, concernant les influences des arbres et de la forêt sur les vies humaines, par-delà les seules fonctions récréative, décorative, et compensatrice, des espaces verts et de la verdure. En ce sens, elle vise à ce que l’on ne bride pas les générations futures par des paysages dégradés ou appauvris, en particulier concernant la maturité des arbres et des forêts.
L’association entend favoriser une prise de conscience interdisciplinaire et une juridiction adéquate concernant la gestion des arbres et des forêts dans une cohésion vitalisante du rapport humain/nature et de l’éveil des sensibilités.

Elle souhaite aboutir à une représentativité institutionnelle et professionnelle, dont l’éthique ne sera assujettie à aucun intérêt, concernant les causes qu’elle défend.

La valeur poétique

Nous assistons actuellement à une pression inédite, depuis la seconde guerre mondiale, de coupes sur nos forêts françaises complètement à rebours d’une montée des consciences entrevoyant la fonction sociale bien au-delà de sa seule fonction récréative (sylvothérapie, arts, etc…).
L’espérance de vie de l’arbre en sylviculture descend de plus en plus en dessous de l’espérance de vie humaine, désagrégeant ainsi la valeur de tout sentiment d’immersion en forêt.

Entamer abusivement l’âge des arbres dans les forêts et les espaces urbains contrevient assurément à la valeur poétique des lieux. Parler de valeur poétique (et non esthétique) semble aujourd’hui terriblement suranné devant les intérêts mercantiles. Pourtant elle est inextricablement liée à nos sentiments d’enracinements qui, lorsqu’ils sont entamés, affectent consciemment ou inconsciemment le bien-être de tous.

L’intelligence

A une époque où l’on parle de plus en plus de « l’intelligence des arbres », les citoyens se demandent s’il y a bien « une intelligence de la sylviculture »  qui lui corresponde … La manière de penser l’avenir de nos forêts et de nos espaces arborés urbains est-elle à l’envers des éveils de conscience dans d’autres pays ? Cette question inquiète vivement quand de tels paysages sont impactés à l’échelle des décennies et des siècles.

La sécurité ?

Les arguments de sécurité avancés face à la contestation des riverains des forêts ne sont-ils pas plutôt des profits déguisés ? (coupes sanitaires profitant au bois-énergie, aménagements profitant au BTP…). Le public demande pour le moins des garanties impartiales et une présence participative aux décisions dépassant le niveau d’une consultation formelle dépourvue de suite. Culpabiliser une opinion publique ou l’ignorer en l’accusant de contrevenir à une décision mettant en cause la sécurité sur la base d’arguments abusifs instaure un climat manipulatoire amplifiant les suspicions. Aussi, nous demandons un arbitrage de bienveillance, une transparence, et des expertises garantes de leur désintéressement.

La multifonctionalité

Il est à rappeler que la multifonctionnalité d’une forêt fait que sa valeur patrimoniale est bien supérieure à la valeur de son capital. Une spéculation foncière amenant à préempter de plus en plus sur les espaces verts rendra l’Île-de-France beaucoup moins attractive. L’hyper-fonctionnalité urbaine s’installant au détriment d’espaces verts naturels non-fonctionnels pourtant perçus comme plus relaxants par les citadins (lignes de tramway et voiries en forêt, parkings, multiplication ostentatoire des aménagements…). La densification urbaine en cours promet une intensification du trafic pour un quota d’espaces verts insuffisants. La pollution s’avère déjà manifeste sur la santé et nous perdons l’équilibre favorable à la régulation.

Régulation internationale

Nous nous inquiétons très vivement qu’une dérégulation internationale du marché du bois conduise un organisme comme l’ONF à brader la forêt française pour subvenir à l’équilibre de ses comptes, et que les fonctions écologiques et sociales de nos forêts s’en trouvent sacrifiées. La forêt française semble s’acheminer désormais vers son propre déclin qualitatif, faisant que demain son patrimoine paysager descende de plus en plus au seul niveau du capital-bois. N’oublions pas que si le capital bois est une valeur économique directe intéressant uniquement son producteur, le patrimoine forestier donne à une Région une valeur économique dérivée moins facile à cerner par les chiffres, mais bien réelle ! Aussi, nous demandons que la régulation internationale du marché du bois soit une exigence réclamée à tous les échelons décisionnels, des communes, aux Régions, en passant inévitablement par l’Europe, pour atteindre les traités commerciaux internationaux.

Forêts urbaines

Nous atteignons dans la proche couronne parisienne un niveau de densification urbaine outrepassant le seuil d’équilibre. Nous devrions dans les forêts intra-urbaines (et non plus « péri-urbaines ») préserver une constante de renouvellement de maturité des arbres paysagers en augmentant les âges plutôt que l’inverse.

Le grand blues

Il semble qu’aujourd’hui la gestion au niveau des élites soit trop dans une gestion de sergent et non point dans une vision de général. C’est-à-dire que trop d’actions prévalent sur la maturation. Partout le chef de chantier préempte la voix au civilisateur, et l’avenir de l’Île-de-France semble faire l’objet d’une grande ruade spéculative sans vision judicieuse du futur. Les citoyens veulent des lieux de vie, et on intensifie l’urbanisme-dortoir. Nous nous attendons à ce que la dévaluation qualitative du paysage francilien fasse l’objet d’une grande hémorragie démographique dans un avenir proche. Il va sans dire que la dégradation qualitative de nos forêts de proximité contribueront entre autres à ce grand blues.

Classement en forêt de protection
des forêts du Grand Paris

Pour conclure, nous demandons instamment le classement en forêt de protection au titre de l’article 411-1 du Code forestier des forêts urbaines du Grand Paris :

Forêt de Meudon

Bois de Saint Cucufa (Forêt de la Malmaison)

Forêt de Verrières

Bois de Vincennes

Forêt de Romainville

En effet, selon cet article « peuvent être classées comme forêts de protection, pour cause d’utilité publique après enquête publique, les bois et forêts situés à la périphérie des grandes agglomérations, ainsi que dans les zones où leur maintien s’impose, soit pour des raisons écologiques, soit pour le bien-être des populations ».

Ce classement permet de figer le foncier et d’éviter le mitage et le morcellement progressif et irrépressible des espaces forestiers résultant des projets d’urbanisme et d’infrastructures de transport.

Reconnaître les services écosystémiques de ces forêts (captage de CO2 et de polluants, rôle pour le cycle de l’eau, lieu de quiétude et de ressourcement, refuge pour la nature, ….) est une nécessité.

Par ailleurs, les lisières des espaces boisés doivent être protégées. La limite de la bande de 50 m de protection de la lisière doit figurer sur le plan de zonage de tous les PLU afin de rendre cette mesure réglementaire effective.